Sagard renforce son Smid Cap avec un fonds dédié à la Santé et à la Tech

SAG-076_NBDirigé par Bérangère Barbe, Agnès Huyghues Despointes et Guillaume Lefebvre, ce nouveau véhicule sectoriel investira, à terme, 300 M€. Il cible des entreprises présentant une croissance durable, et dont l’EBITDA se situe entre 2 et 15 M€.

Bien connu de la place parisienne pour ses performances dans le mid cap, le fonds d’investissement Sagard a décidé de solidifier sa position dans l’entrée de cette tranche d’investissement. Afin de satisfaire ses objectifs, le gestionnaire lance un nouveau fonds dédié à deux des secteurs les plus en vue du moment : la santé et la tech. Baptisé Sagard NewGen, ce véhicule doit être investi dans des entreprises de moins de 150 M€ de chiffre d’affaires, via des tickets de 10 à 50 M€.

Priorité aux histoires de croissance

L’équipe en charge du nouveau fonds affiche un beau track record. « Nous avons couvert, les uns et les autres, presque tous les segments de la Tech et de la Santé à travers nos expériences passées », souligne Agnès Huyghues Despointes, qui a notamment travaillé sur Ceva Santé Animale et Grand Frais. De son côté, Bérangère Barbe a accompagné des sociétés telles qu’Alvest, Corialis ou encore Grand Frais. Les deux Associées, qui officiaient précédemment dans le fonds Mid Cap, sont rejointes par Guillaume Lefebvre, ancien spécialiste IT et Santé de Keensight Capital qu’on a pu retrouver sur Pixid, Linkbynet ou encore Unither Pharmaceuticals.

Pharma, medical devices, réseaux et services, cybersécurité et même cosmétique : l’objectif de deux à trois deals par an demande de regarder toute la palette des deux secteurs. « Combinés, les deux secteurs représentent environ 25% du marché du buyout smid cap  », précise Agnès. « Ce sont aussi des marchés soutenus par des tendances fortes de croissance – mais aussi de résilience depuis le covid. » Le véhicule a d’ailleurs déjà réalisé son premier investissement dans les Laboratoires Delbert, une PME parisienne spécialisée dans la réintroduction des médicaments essentiels, lors d’un tour de table
de 40 M€.

Des investissements flexibles

« L’avantage de notre fonds, c’est que la nature de nos sponsors nous donne une grande flexibilité dans la manière d’intervenir, ajoute Guillaume. Nous ne sommes pas tenus par la structuration financière et pouvons donc nous concentrer sur des entreprises qui présentent une croissance durable – et ce en cash-in, cash-out, en organique ou en buy-and-build. » Dans le détail, l’équipe devrait s’intéresser à des entreprises européennes dont l’EBITDA se situe entre 2 et 15 M€ , pour des interventions en majoritaire ou en minoritaire.
« Ces dernières nous verrons prendre un rôle de soutien sur les stratégies de croissance, qu’elles soient nationales ou internationales  », détaille  Bérangère Barbe. La présence nord-américaine du fonds est un atout sur ce terrain – à l’instar des services d’experts sectoriels et métier qui accompagnent les entreprises en portefeuille sur une multitude de problématiques, de la croissance à la structuration d’équipes managériales. En attendant le début de la levée courant 2021, un peu moins de 150 M€ ont déjà été investis par les familles Desmarais et Frère, les sponsors historiques de
Sagard.

© All right reserved 2020 - Le Magazine des Affaires création LINKIN