Pourquoi les fonds de Private Equity ont-ils recours à l'affacturage ? - Le Magazine des Affaires

Pourquoi les fonds de Private Equity ont-ils recours à l’affacturage ?

Thibaut RobetDepuis une dizaine d’années, l’affacturage est de plus en plus présent dans l’univers du Private Equity. En effet, les fonds d’investissements étudient désormais régulièrement la pertinence de cette solution de financement pour accompagner le développement de leurs participations et optimiser leur financement.

Par Thibaut Robet - Directeur Général de Chateaudun Crédit

Pourquoi mettre en place une ligne d’affacturage dans des contextes Private Equity :

-Pour sécuriser le financement des opérations de croissance organique ou externe de la participation

-Pour augmenter l’autonomie financière d’une participation, notamment après un spin off ou un carve out

-Pour faciliter la remontée de dividendes post closing ou plus tard dans le cycle d’investissement

-Pour refinancer tout ou partie de la dette d’acquisition

-Pour limiter le ratio d’endettement

L’affacturage : un outil de financement du bas de bilan qui intéresse les fonds d’investissement

L’augmentation de l’utilisation de ce type de financement s’explique premièrement par la capacité à déconsolider la ligne (affacturage sans recours). Cette déconsolidation est majoritairement requise par les sponsors et souvent nécessaire compte tenu de la documentation de la dette (basket autorisé). Le commissaire aux comptes de la participation valide ensuite le caractère sans recours du programme en fonction des normes comptables en vigueur (IFRS, French GAAP ou US GAAP). Ce montant n’impacte donc pas le ratio d’endettement du groupe et permet une optimisation du DSO et de la trésorerie, le tout à un coût all-in concurrentiel (entre 1 et 2% par an). La plupart du temps, cette ligne vient en complément d’une ligne de crédits confirmés (revolving credit facility ou RCF). Pour sécuriser le remboursement de la dette et préparer la sortie de l’actionnaire, une confirmation dans la durée de la ligne d’affacturage peut être négociée (jusqu’à 5 ans maximum), ainsi qu’une clause de changement de contrôle la plus souple possible.Il est conseillé d’anticiper la mise en place du programme via une étude du potentiel de financement disponible. Cette étude peut être réalisée en amont du closing (validation de l’activité, du périmètre géographique, des clients éligibles…). La partie opérationnelle nécessitera l’intégration de l’équipe Finance car cela reste un financement structurant dont la mise en place prend entre 2 et 4 mois.

Un financement pérenne et évolutif

Les fonds LBO majoritaires et impliqués dans leurs participations ont souvent recours à ce mode de financement. Ces fonds d’investissement sont à la recherche de solutions pour sécuriser le remboursement de la dette d’acquisition et accompagner la croissance. L’avantage de l’affacturage réside dans sa capacité à être maintenu quelle que soit l’évolution de l’activité. A l’opposé d’un RCF souvent assorti d’une clause exigeant le remboursement anticipé, la ligne d’affacturage peut subsister même en cas de difficultés (procédures amiables ou collectives).

Enfin, comme la ligne de financement est généralement non plafonnée et basée sur le montant du poste clients, elle peut croître et s’adapter à l’augmentation de l’activité de l’entreprise, qu’il s’agisse de croissance organique, ou de croissance externe, en France ou à l’étranger (notamment Europe et Amérique du Nord).

Les fonds de Private Equity ont recours à ce mode de financement à tout moment

La mise en place d’un programme d’affacturage peut intervenir à différents stades du process d’acquisition :

-Avant le signing : Grâce aux documents présents en dataroom, il est possible d’évaluer la capacité de financement dont la cible d’acquisition peut bénéficier en mobilisant ses créances commerciales, de valider l’appétit du marché. Cela permet également de négocier un basket suffisant avec ses prêteurs pour éviter un waiver.

-Entre le signing et le closing : La mise en place opérationnelle peut intervenir à ce moment-là si le premier financement est souhaité rapidement après le closing. Il faut cependant avoir accès au management.

-Post closing : L’affacturage peut être négocié et mis en place ultérieurement dans la vie de la participation, que cela soit pour accompagner des projets de croissance externe, de développement export, ou bien dans le cadre de refinancement.

-Avant une cession : pour préparer l’arrivée d’un nouvel acquéreur, il est possible de mettre en place une ligne d’affacturage avec une clause de changement.

© All right reserved 2021 - Le Magazine des Affaires création LINKIN