Les investisseurs en capital ont soutenu plus de 1000 PME au 1er semestre 2016 !

Pour la première fois sur un semestre a été franchi le seuil de 1.000 entreprises (1.040) accompagnées par les membres de l’AFIC. On constate une grande stabilité de leur répartition géographique, plus de 80% (84% ce semestre) sont basées en France.
6 entreprises sur 10 (61%) ont bénéficié de réinvestissements qui représentent 45% des montants alloués.

Par Thierry Dartus Associé, Directeur National du Département TAS de Grant Thornton

Le 1er semestre 2016 affiche un double record : en nombre d’entreprises cédées (695) ce qui confirme la liquidité de la classe d’actifs, et en coût historique (4,4 Md€) avec une tendance de long terme à une augmentation des cessions supérieures à 100 M€. Les industriels et les sociétés de capital-investissement confirment ainsi leur poids prépondérant comme relais du développement des entreprises. Ils cumulent durant ce semestre 64% des montants désinvestis et 28% du nombre d’entreprises cédées. Coté levée de fonds, la France n’est pas en reste puisque 55 équipes de gestion françaises ont collecté quelques 6,2 Md€ sur la période.  Ce chiffre élevé doit néanmoins être nuancé par une levée de 2,8 Md€ qui confirme la constitution d’acteurs français du capital-investissement de très grande taille. La tendance de long terme montre que les levées unitaires supérieures à 200 M€ progressent. Elles passent en effet de 38% en moyenne entre 2008 et 2012 à environ 60% depuis 2013 (71% pour le S1 2016). A noter que les compagnies d’assurances et mutuelles sont les premiers souscripteurs du capital investissement en France comme à l’étranger.  Dans le détail, on apprend par cette étude que  49% des capitaux levés sont venus d’Investisseurs étrangers mais concernent surtout les fonds de taille significative. Les levées supérieures à 200 M€ concentrent 90% des capitaux provenant de l’étranger.  Pour Thierry Dartus, associé, Directeur National du Département Transaction Advisory Services de Grant Thornton :

«  ces bons chiffres confirment la tendance observée depuis 2014 sur tous les segments d’activité. Les  investissements et les désinvestissements sont restés actifs permettant ainsi d’atteindre voire dépasser les records observés en 2007. L’activité des prochains mois peut s’appuyer sur des fondamentaux solides de liquidités et de financement qui permettront aux entreprises, avec l’aide de leurs partenaires financiers, de continuer à créer de la valeur ».

© All right reserved 2017 - Le Magazine des Affaires création LINKIN