LBO : un tropisme pour les technologies de l’information

Selon la dernière étude de Preqin, les entreprises des technologies de l’information continuent d’avoir le vent en poupe. Ces deals représentent désormais 23 % des LBO à l’échelle mondiale depuis le début de l’année 2018. Sous l’impulsion des investisseurs, attirés par ce secteur en pleine croissance, les fonds de rachat spécialisés dans le secteur réalisent des levées de fonds records.

La dernière décennie a été le théâtre de progrès technologiques significatifs, qui ont conduit à une croissance quasi-permanente de la demande pour de nouveaux matériels, logiciels et services. Cette forte demande a fait des technologies de l’information l’un des secteurs d’activité les plus attractifs pour les LBO : plus de 823 opérations ont ainsi été conclues au cours de l’année 2017 (graphique 1). Après une baisse substantielle du nombre de transactions dans les technologies de l’information au lendemain de la crise financière mondiale, l’activité a repris à la hausse au cours de la dernière décennie, atteignant un niveau record de valeur globale des transactions de 140 milliards de dollars en 2015.

etude-preqin-magazine-des-affaires-1

La valeur globale annuelle des transactions a cependant connu une baisse récemment, sans doute en raison des inquiétudes des gestionnaires de fonds quant à l’estimation des actifs. Cela dit, cette baisse est une tendance observée dans l’ensemble de l’industrie du private equity, et les technologies de l’information représentent une part croissante du marché. Ainsi, en 2008, les transactions touchant au secteur IT représentaient 9 % des LBO et 4 % de leur valeur globale. Dix ans plus tard, ces deux chiffres ont plus que doublés, le secteur pesant, en 2017, pour 23 % des LBO tous secteurs confondus. À mesure que les technologies continuent de se développer et que la concurrence pour les actifs augmente, les fonds d’investissement risque de devoir payer une prime à l’achat aux sociétés de portefeuille du secteur des technologies de l’information.

L’Europe toujours à la traîne

Sans surprise, l’Amérique du Nord représente la majorité des opérations de rachat financées par des fonds privés réalisées dans le secteur des technologies de l’information ces dernières années (graphique 2). La valeur totale des transactions conclues pour les entreprises asiatiques a cependant atteint un niveau record en 2017, en raison de l’annonce en septembre de l’achat, pour 2000 milliards de yens, de Toshiba Memory Corporation par un consortium dirigé par Bain Capital et incluant Apple Inc. et SK Hynix.

etude-preqin-magazine-des-affaires-3

Si l’Europe a également connu une forte hausse du nombre de transactions ces dernières années, elle reste à la traîne. Les investissements sur le Vieux Continent constituent ainsi un quart de toutes les opérations de LBO en 2016 et 2017. En 2016, l’une des principales transactions (8,6 milliards de dollars) fut l’acquisition par Tencent de Supercell OY, la société de jeux pour mobiles à l’origine des applications Clash Royale et Boom Beach.

40 Mds de dollars levés

Après des années de distributions nettes élevées aux investisseurs, les GPs ont vu les LPs largement réinvestir le capital qui leur avait été distribué, créant ainsi un environnement favorable aux levées de fonds. Un nouveau record a d’ailleurs été atteint en 2017, 16 véhicules ayant recueilli un peu moins de 40 milliards de dollars – soit deux fois plus que lors du record précédent, en 2013 (17,1 milliards de dollars).

La valeur moyenne des fonds de LBO spécialisés dans les technologies de l’information qui ont clôturé au cours de quatre des cinq dernières années dépasse désormais le milliard de dollars – du jamais-vu sur la période 2008-2012. L’année 2017 fut également marquée par les fonds de rachat Silver Lake Partners V et Vista Equity Partners Fund VI, qui ont respectivement levés 15 milliards et 11 milliards de dollars. Il faut dire que les TRI sur le long terme sont au rendez-vous : leur TRI médian net atteint 14,7 %, soit deux points de plus que la moyenne du secteur, tout en bénéficiant d’une volatilité plus faible.

Un marché toujours prometteur

Le secteur des technologies de l’information est une industrie en croissance constante. Les progrès technologiques, adoptés en masse par les entreprises et la société, ont stimulé la demande d’investissements privés dans ce domaine. À noter que les valorisations des entreprises des technologies de l’information ont ainsi augmenté ces dernières années. Les causes en sont multiples : les GPs ont sous la main des réserves financières plus élevées que jamais, les réussites et les bonnes performances du secteur attirent les investisseurs, et la multiplication des applications technologiques – et donc des rendements potentiels – a conduit à une prime à l’achat des actifs d’entreprises des technologies de l’information.

Tous ces facteurs ont encouragé le développement d’un environnement favorable aux levées de fonds menées par les GPs ciblant l’industrie des technologies de l’information. Mais l’intérêt fort produit par le secteur chez les LPs représente un défi pour les GPs, qui vont devoir répartir efficacement le capital à leur disposition pour tirer leur épingle du jeu dans une industrie dont l’importance dans le paysage de l’investissement privé ne fait que croître.

Bilal Chennoune

Similar posts

© All right reserved 2018 - Le Magazine des Affaires création LINKIN