Conquest lance la seconde génération de son fonds d’infrastructure - Le Magazine des Affaires

Conquest lance la seconde génération de son fonds d’infrastructure

Nouveau tour de piste pour Conquest : le gestionnaire d’actifs, spécialiste de l’investissement responsable dans les infrastructures et la transition énergétique, a annoncé fin mai le lancement de la deuxième génération de son véhicule Conquest Sustainable Infrastructure, et s’attend à réaliser son premier closing au troisième trimestre 2021. 

Le deuxième millésime du fonds d’infrastructure annonce la couleur dès son arrivée sur le marché : visant à investir en majoritaire dans des actifs d’infrastructure « core » liés à la transition énergétique, Conquest Sustainable Infrastructure II se veut européen et responsable. 

“Notre stratégie repose sur trois piliers”, explique Frédéric Palanque, Président-fondateur de Conquest. “La production énergétique dans l’éolien et le solaire, les besoins de flexibilité des réseaux et enfin décarbonisation de l’industrie.” Concrètement, cette stratégie devrait voir le fonds d’investissement se porter vers des sujets clés tels que le stockage énergétique, l’interconnexion des zones géographiques ou encore la question de la décarbonisation des processus industriels. Le hard cap est attendu entre 500 et 700 millions d’euros, pour un horizon d’investissement de 10 ans et un ticket equity moyen de 40 millions d’euros sur des projets dont la valeur peut aller jusqu’à 200 millions d’euros.   

Pour trouver son rendement, Conquest compte s’appuyer sur sa culture interne, à la fois financière et industrielle, pour intervenir sur des projets capables de fournir des rendements cash rapidement. “La création de valeur se trouve dans le développement industriel, l’ingénierie financière et une gestion de bon père de famille prenant la forme de parcs que nous gérons sur la durée afin de capter la survaleur des portefeuilles, en lien avec un écosystème de partenaires industriels. L’objectif est de rester des partenaires de long terme, c’est la force de notre thèse”, note Frédéric Palanque. Preuve en est, le nouveau véhicule enregistre déjà 240 millions d’euros de pipeline de capital à déployer sous la forme de projets présignés avec des entreprises dans lequel le premier fonds avait investi. 

Si le fonds cherche à investir dans toute l’Europe, son pipeline est pour l’instant concentré en France, dans les pays nordiques ainsi qu’en Espagne, en Italie et en Grèce, “beaucoup de choses restant à faire dans ces geographies”, juge le dirigeant du fonds. Conquest  espère par ailleurs obtenir, pour ce fonds, la labelisation GreenFin. “La rémunération de l’équipe et de la surperformance est liée à l’atteinte d’objectifs environnementaux et RSE qui font du sens à travers les thèses d’investissements, et sont revues régulièrement.” Fort déjà d’une vingtaine de personnes entre ses bureaux de Paris et Dublin, Conquest devrait agrandir ses équipes au cours des prochains mois.

B.C.

© All right reserved 2021 - Le Magazine des Affaires création LINKIN