2 milliards d’euros pour la 5e génération du fonds mid cap d’Ardian

François Jerphagnon

Alors que la crise sanitaire battait son plein, Ardian Expansion a su convaincre nouveaux et anciens investisseurs du futur du midmarket européen, doublant ainsi la taille de son fonds. Trois investissements ont déjà été réalisés.

C’est un nouveau plateau qu’a atteint Ardian. En moins de six mois, le plus grand fonds français a finalisé une levée à 2 milliards d’euros pour son fonds Expansion V – le double de la génération précédente, et bien au-delà de la cible initiale, fixée à 1,5 milliard d’euros.

Signe de la confiance accordée à un gestionnaire dont le track record n’est plus à présenter, la moitié des fonds levés provient d’investisseurs historiques d’Ardian, incluant des compagnies d’assurances, des fonds de pension et, pour la première fois, des fonds souverains venant notamment d’Asie et du Moyen-Orient. « Jusqu’ici, la taille de nos fonds mid cap n’était pas suffisante pour remplir les critères d’investissement des fonds souverains, malgré la pertinence du sujet et notre track record  », détaille François Jerphagnon, Responsable d’Ardian Expansion. Au total, près des deux tiers des investisseurs avaient déjà souscrit à Ardian Expansion IV. On notera également que les dirigeant de sociétés du portefeuille d’Ardian Expansion ont investis pour 100 millions d’euros dans ce nouveau millésime.

Un millésime pour l’ensemble du Mid Cap

Dans la lignée des véhicules précédents, la stratégie d’Ardian Expansion V sera de soutenir des entreprises européennes à travers des investissements « de 40 à 200 millions d’euros » dans des sociétés dont la valeur se situe entre 50 et 350 millions d’euros. « Nous pouvons désormais couvrir tout le spectre du Mid Cap, se félicite François Jerphagnon. Notre approche reste centrée sur des entreprises en forte croissance organique qui soient aussi capable de devenir des plateformes à travers des build-ups. » Pour mémoire, les véhicules précédents ont investi dans des sociétés à succès tels que Technology & Strategy, Diam ou encore CCC.

Sans surprise, les secteurs de la Tech et de la Santé regorgent de ce type de profils et sont dans le viseur d’Ardian, même si l’équipe s’intéresse aussi à des profils de niche dans certains secteurs industriels et dans l’industrie des services. Une vingtaine de lignes devraient être ouvertes sur ce fonds, « contre 13 et 14 sur les fonds précédents », respectivement. À l’heure actuelle, le véhicule est déjà déployé à 10% avec deux investissements réalisés depuis mai 2020 : Swissbit, un fournisseur suisse de stockage basé sur la technologie de mémoire flash NAND et de solutions IoT embarquées pour des applications de niche exigeantes, et Finaxy, un courtier d’assurance français multi-spécialiste. Un troisième investissement doit prochainement être annoncé.

L’équipe, qui compte désormais 27 personnes, reste cependant prudente vis-à-vis de la conjoncture. « L’environnement compétitif se renforce encore sur les actifs qui étaient déjà performants avant la crise, confirme François Jerphagnon. On pourra regarder, plus tard, des sociétés qui ont eu des difficultés conjoncturelles mais dont nous sommes convaincu qu’elles ont un potentiel de croissance à moyen terme. » Encore faudra-t-il que les équipes de direction puissent convaincre Ardian de leur qualité. ■ 

© All right reserved 2020 - Le Magazine des Affaires création LINKIN